Archives du mot-clé 2016

Saint-Paul-la-Coste, église Saint-Paul

Saint-Paul-La-Coste (Gard) église Saint-Paul

Département : Gard (30)

Commune : Saint-Paul-la-Coste

Saint-Paul-La-Coste (Gard) église Saint-Paul- La Sauvegarde de l'Art FrançaisCette église est composée d’une nef de deux travées, appuyée à l’ouest sur une tour servant au guet, qui a été arrasée. Un choeur d’une travée, à l’est, est terminé par un chevet à abside semi-circulaire.

Une chapelle latérale est bâtie au sud de la deuxième travée de nef L’entrée s’effectue par le sud de la première travée de nef. Les murs sont en moellons et pierres de taille et les couvertures en pierre.

La nef est surmontée d’une voûte en berceau en plein cintre.

Les premières mentions de l’église remontent à 1156, où elle apparait dans une bulle du pape Adrien IV.

En 1214, une confrérie de prêtres vient s’installer dans le hameau près de l’église pour lutter contre l’hérésie albigeoise.

L’église est détruite en 1621 pendant les guerres de religion et restaurée en 1674. Elle est dotée d’une fenêtre de style Renaissance sur la chapelle sud.

L’église est à nouveau incendiée par les camisards en 1702. Elle sert ensuite à abriter les garnisons de dragons du roi de 1704 à 1713. Le culte est rétabli par la suite, après une remise en état de l’église.

En 1862, l’église fait à nouveau l’objet de réparations et est dotée de son mobilier actuel.

Pour en savoir plus rendez-vous sur le site des amis de l’église

 

Saint-Paul-La-Coste (Gard) église Saint-Paul- La Sauvegarde de l'Art Français Saint-Paul-La-Coste (Gard) église Saint-Paul- La Sauvegarde de l'Art Français Saint-Paul-La-Coste (Gard) église Saint-Paul- La Sauvegarde de l'Art Français

 

Les aides de la Sauvegarde

04/10/2016 1 000 € pour la reprise ponctuelle des maçonneries extérieures

Valcanville, église Notre-Dame

Valcanville (50) église Notre-Dame- La Sauvegarde de l'ARt Français

 

Département : Manche (50)

Commune : Valcanville

L’église est composée d’une nef unique de 4 travées, couverte de fausses voûtes d’ogives. La 4e travée, croisée du transept est plus large en fonction des bras, chacun de 2 travées. Un choeur plus large et plus long que la nef, de 5 travées, se termine par un chevet à pans coupés. Une sacristie de plan rectangulaire est adossée à la 5e travée, au nord du choeur.

Un clocher de plan carré, de 3 niveaux dont les deux premiers sont voûtés d’ogives est adossé à l’angle du bras nord du transept et de la première travée de choeur. Il est couvert d’une toiture en bâtière. Toutes les couvertures sont en ardoises, sauf celle du clocher, en pierre, et les murs en moellons et pierres de taille.

La voûte de la nef est en pierre et briques, en lattis plâtré sur le choeur et en pierres dans les salles du clocher.

Henri 1er Duc de Normandie et roi d’Angleterre fonde une Commanderie des Templiers à Valcanville vers 1130. Mais la première mention de la Commanderie date du XIIIe s. Une charte donnée par Guillaume, évêque de Coutances et portant confirmation du don fait aux templiers de l’église de Valcanville et de son patronage à Hugues de Agre.

Il ne reste rien des bâtiments érigés près de l’église par les Templiers au XIIe. Les bâtiments qui subsistent sont postérieurs et ont été construits par les Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem (ordre de Malte) à qui a été donnée cette cure après la suppression de l’ordre du Temple par le Pape Clément V.

L’église est à la charge des prêtres du Temple, puis de de la commanderie de Saint-Jean-de-Jérusalem jusqu’à la Révolution. La commanderie est vendue comme bien national.

Mais l’église a subit de nombreux déboires depuis ce temps et il ne reste que le clocher, du XVe-XVIe s et une chapelle.

En 1827, l’église est totalement détruite (sauf le clocher) et reconstruite avec des dimensions démesurées (10 m de large sur 55 m de long!).

En 1903, des malfaçons dans la construction du XIXe obligent à reconstruire la nef dans des dimensions moindres de 23.7m/7m.

Valcanville (50) église Notre-Dame- La Sauvegarde de l'ARt FrançaisValcanville (50) église Notre-Dame- La Sauvegarde de l'ARt Français Valcanville (50) église Notre-Dame- La Sauvegarde de l'ARt Français Valcanville (50) église Notre-Dame- La Sauvegarde de l'ARt Français

Les aides de la Sauvegarde

04/10/2016 5 000 € pour la restauration du clocher

Ménévillers, église Saint-Léonard

Ménévillers (Oise), église Saint-Léonard- La Sauvegarde de l'Art Français

 

Département : Oise (60)

Commune : Ménévillers

L’église de Ménévillers est une des plus anciennes du canton, elle est bâtie en pierres et recouverte d’un toit d’ardoises. Les fonts baptismaux datent du XIIème siècle et sont classés.

Le chœur de l’église tient d’un côté au presbytère et de l’autre à une ancienne ferme de l’abbaye. Le portail date de 1660. Il est cintré et surmonté d’une acolade au dessus de laquelle un oculus.

Les baies situées au sud sont des ogives simples datant du XVIème siècle.

Carré et remanié, sans ornements, le chœur est relativement petit, il serait dans l’origine d’une simple chapelle.

Le clocher de style roman, de plan carré, est ouvert sur ses 4 faces de 2 baies géminées et cintrées, aux chapiteaux sculptés. La corniche est formée d’arcades inscrivant des contre-corbeaux aigus (ornements en saillie) et appuyé sur des corbeaux plats à dessins variés.

A l’intérieur de l’église on remarque deux pierres tombales, dont une datant de 1635. Il est difficile de déchiffrer les inscriptions effacées par le temps. Sur l’une d’elle on lit : « cy gist et repose le corps de défunt Antoine Prév.. est décédé âgé de 47 ans… »

Cette église d’époque romane (clocher, fonds baptismaux) a été remaniée (et/ou agrandie) au XVIIe siècle notamment par l’ajout du portail cintré et décoré d’une accolade surmonté d’un oculus.

Ménévillers (Oise), église Saint-Léonard- La Sauvegarde de l'Art Français Ménévillers (Oise), église Saint-Léonard- La Sauvegarde de l'Art Français Ménévillers (Oise), église Saint-Léonard- La Sauvegarde de l'Art FrançaisMénévillers (Oise), église Saint-Léonard- La Sauvegarde de l'Art Français Ménévillers (Oise), église Saint-Léonard- La Sauvegarde de l'Art Français Ménévillers (Oise), église Saint-Léonard- La Sauvegarde de l'Art Français

Les aides de la Sauvegarde

04/10/2016 15 000 € pour la restauration du clocher

Thorey, église Saint-Martin

Thorey (Yonne) église Saint-Martin- La Sauvegarde de l'Art Francais

 

Département : Yonne (89)

Commune : Thorey

Thorey (Yonne) église Saint-Martin- La Sauvegarde de l'Art FrancaisThorey (Yonne) église Saint-Martin- La Sauvegarde de l'Art FrancaisCette église du XVIIème siècle ne possède pas de clocher/ Elle est construite sur l’emplacement d’un ancien édifice du XIIIème siècle.

Précédée d’un porche, l’église a une nef unique traversée par un transept, et un choeur à trois pans à voûtes ogivales, éclairé par de grandes baies Renaissance à meneaux.

Sur la façade Ouest du transept Sud, un petit portail sculpté et orné de colonnes (dont l’une est manquante) porte une frise avec rinceaux et au-dessus d’un écusson mutilé.

Probablement au XIIIème siècle, un incendie, dont on voit encore la trace dans les parties hautes de l’édifice détruisit la charpente et détermina la chute des voûtes de la nef et la destruction du clocher. On se contenta alors de refaire la charpente et la couverture sans reconstruire les voûtes de la nef qui furent remplacées par un simple plancher. Le beffroi et la cloche furent placés au-dessus d’une des chapelles du transept et plus tard sous le porche à l’entrée de l’église. » (extrait du devis descriptif de l’architecte Rollerait en 1871). Vers 1870, les voûtes de la nef, ainsi que les arcs doubleaux, diagonaux et formerets furent refaits sur le modèle de ceux subsistant dans le choeur.

Les voûtes de l’abside, qui menaçaient de s’effondrer, furent consolidées.

A cette époque également, la charpente a été modifiée, afin que les entraits  des fermes de la croisée et de la croupe ne reportent plus leur charge sur les voûtes ; les entraits ont été remplacés par des tirants métalliques.

Thorey (Yonne) église Saint-Martin Thorey (Yonne) église Saint-Martin- La Sauvegarde de l'Art Francais Thorey (Yonne) église Saint-Martin- La Sauvegarde de l'Art Francais  

Les aides de la Sauvegarde

04/10/2016 15 000 € pour le ravalement extérieur, la charpente et la couverture de la nef et du porche

Uchizy, chapelle Saint-Humi

Uchizy (71) chapelle saint-Humi- La Sauvegarde de l'Art Français

Département : Saône-et-Loire (71)

Commune : Uchizy

Uchizy (71) chapelle saint-Humi- La Sauvegarde de l'Art FrançaisLa chapelle est dédiée à saint Humi, nom en patois de saint Imetier ou saint Himetière, moine du Jura dont les reliques sont conservées en l’église Saint Himetière.

Sa construction remonte au XIIème siècle.Il s’agit d’une ancienne chapelle d’une petite communauté monastique, devenue propriété privée, puis vendue comme bien national et donnée pour un euro symbolique à la mairie en 1996.

Uchizy (71) chapelle saint-Humii Uchizy (71) chapelle saint-Humi- La Sauvegarde de l'Art Français

Les aides de la Sauvegarde

04/10/2016 3 000 € pour la restauration des couvertures

Cuncy-les-Varzy, église Saint-Martin

Cuncy-les-Varzy (Nièvre) église Saint-Martin- 2016- La Sauvegarde de l'Art Français

 

Département : Nièvre (58)

Commune : Cuncy-les-Varzy

Cuncy-les-Varzy (Nièvre) église Saint-Martin- 2016- La Sauvegarde de l'Art FrançaisL’église Saint-Martin, de style flamboyant, est construite à l’emplacement d’un ancien lieu de culte de style roman, mentionné en 1143, dont il ne subsiste que la base du clocher. Deux campagnes de travaux ont vraisemblablement mobilisé les bâtisseurs. Ainsi, la nef voûtée de deux travées paraît antérieure aux autres parties de l’édifice. Elle se prolonge par un transept flanqué d’un clocher carré surmonté d’une flèche en ardoise. Le choeur se termine par un chevet plat.

Elle a été édifiée dans le premier quart du XVIème siècle.

Cuncy-les-Varzy (Nièvre) église Saint-Martin- 2016- La Sauvegarde de l'Art Français Cuncy-les-Varzy (Nièvre) église Saint-Martin- 2016 Cuncy-les-Varzy (Nièvre) église Saint-Martin- 2016- La Sauvegarde de l'Art Français

 

Les aides de la Sauvegarde

04/10/2016 8 000 € pour le repiquage des couvertures, la réfection des chéneaux et le rejointoiement des glacis des contreforts.

Saint-Martin-de-Queyrières, chapelle Saint-Antoine de Villard-Meyer

p1030109

 

Département : Hautes-Alpes (05)

Commune : Saint-Martin-de-Queyrières

La chapelle est composée d’un simple vaisseau à deux travées. L’arc doubleau et la poutre de gloire séparent la nef du choeur à chevet plat.

Elle est couverte d’une charpente lambrissée que l’architecte qualifie à la Philibert de l’Orme. Une voûte d’arrêtes couvre la partie choeur.

Saint-Martin-de-Queyrières (Hautes-Alpes- Chapelle Saint-Antoine de Villard-Meyer Saint-Martin-de-Queyrières (Hautes-Alpes- Chapelle Saint-Antoine de Villard-Meyer - La Sauvegarde de l'Art Français  Saint-Martin-de-Queyrières (Hautes-Alpes- Chapelle Saint-Antoine de Villard-Meyer - La Sauvegarde de l'Art Français Saint-Martin-de-Queyrières (Hautes-Alpes- Chapelle Saint-Antoine de Villard-Meyer - La Sauvegarde de l'Art Français

Les aides de la Sauvegarde

13/12/2016 10 000 € pour la restauration de la couverture et du clocheton

Livré-sur-Changeon (Ille-et-Vilaine) – Chapelle Sainte-Anne de la Chevalerie

Livré-sur-Changeon (Ille-et-Vilaine) - Chapelle Sainte-Anne de la Chevalerie

Département : Ille-et-Vilaine

Commune : Livré-sur-Changeon

Le plan de cette chapelle est allongé avec un chevet avec une niche à jour céleste. Le gros œuvre est appareillé de moellon en granit  avec un enduit partiel. La couverture est de type toit à longs pans, le tout en ardoise avec une croupe ronde sur le pignon couvert.

plan de l’édifice

Cette chapelle date de la 1ère moitié du 17e siècle (1638). Elle a été fondée par Jeanne du Feu, dame de la Chevalerie. A l’origine, c’était la chapelle du manoir de La Chevalerie, elle devient frairienne dès le 18e siècle. En 1878 : la chapelle est restaurée en néogothique (ajout du clocher et modification du chœur pour y introduire un puits de lumière). La petite fenêtre en haut du pignon fut transformé en niche. A la fin du 20ème siècle les joints extérieurs et intérieurs sont refaits.

Livré-sur-Changeon (Ille-et-Vilaine) - Chapelle Sainte-Anne de la Chevalerie Livré-sur-Changeon (Ille-et-Vilaine) - Chapelle Sainte-Anne de la Chevalerie Livré-sur-Changeon (Ille-et-Vilaine) - Chapelle Sainte-Anne de la Chevalerie

Les aides de la Sauvegarde :

13/12/2016 9 000 € octroyés pour la réfection du toit et de la charpente.

Orignac, église Saint-Martin

Orignac (65)- église - La Sauvegarde de l'Art Français

 

Département : Hautes-Pyrénées (65 )

Commune : Orignac

Orignac (65)- église L’église Saint-Martin est composée d’une nef rectangulaire flanquée de deux chapelles latérales et d’un chœur à pans coupés. Le clocher est une haute tour carrée avec une chambre des cloches à encorbellement à 5 clochetons en ardoises bâti sur le pignon ouest.

L’église est probablement bâtie dans un ancien enclos défensif des XIIe-XIIIe siècles, ainsi qu’en témoigne sa position sur une butte avec cimetière arrondi.

L’église actuelle semble remonter au XVe – XVIe siècles.

L’église est remaniée au XVIIIe siècle. La charpente est refaite en 1785 et la fausse voûte lambrissée reçoit un décor peint figurant la Vierge entre Dieu le Père et le Christ, accompagné de saint Michel et de saint Jean-Baptiste.

Lors de la Révolution, le couvent des capucins de Médous (près de Bagnères-en-Bigorre) est fermé. Les habitants d’Orignac demandent le transfert dans leur église de l’autel, du tabernacle et du baldaquin. Réalisation de très grande qualité de Marc Ferrère.

 Orignac (65)- église - La Sauvegarde de l'Art Français Orignac (65)- église - La Sauvegarde de l'Art Français Orignac (65)- église - La Sauvegarde de l'Art Français Orignac (65)- église - La Sauvegarde de l'Art Français  Orignac (65)- église - La Sauvegarde de l'Art Français

Les aides de la Sauvegarde

13/12/2016 15 000 € pour la restauration de la couverture et des enduits extérieurs

Ols-et-Rinhodes, chapelle Saint-Martin de Rinhodes

Ols-et-Rinhodes (12) chapelle Saint-Martin-de-Rinhodes

 

Département : Aveyron (12 )

Commune : Ols-et-Rinhodes

Ols-et-Rinhodes (12) chapelle Saint-Martin-de-RinhodesLa chapelle est composée d’une simple et courte nef rectangulaire avec chevet plat, et possède deux chapelles, l’une au nord et l’autre au sud, lui conférant un curieux plan en croix grecque.

Les murs sont en moellons et pierres de taille, et un clocheton en arcade surplombe le pignon ouest. Les couvertures sont faites de tuiles mécaniques et lauzes.

Un plafond plat, en châtaignier couvre la nef.

L’église Saint-Martin fut église paroissiale du diocèse de Cahors jusqu’à la Révolution. Le prieuré était uni à la mense de l’abbé de Marcillhac-sur-Célé. Après la Révolution, elle devint chapelle rurale unie à l’évéché de Rodez.

Une première construction date du XIe-XIIe s. (il en subsiste les murs est et ouest et probablement le clocheton). Les murs latéraux ont été abattus, sans doute pour permettre la construction de chapelles latérales.

La chapelle septentrionale semble la plus ancienne, probablement rebâtie avec les pierres du gouttereau. Celle du midi est plus récente (d’après l’arc d’ouverture entre nef et chapelle). L’édifice est orné au XVIIe siècle.

 Ols-et-Rinhodes (12) chapelle Saint-Martin-de-Rinhodes- La Sauvegarde de l'Art Français Ols-et-Rinhodes (12) chapelle Saint-Martin-de-Rinhodes- La Sauvegarde de l'Art Français Ols-et-Rinhodes (12) chapelle Saint-Martin-de-Rinhodes- La Sauvegarde de l'Art Français

Les aides de la Sauvegarde

13/12/2016 10 000 € pour la restauration des couvertures

Courtauly, église

Courtauly (11) église - La Sauvegarde de l'Art Français

 

Département : Aude (11 )

Commune : Courtauly

Courtauly (11) église L’église est composée d’une nef de plan rectangulaire avec à l’ouest un clocher a 5 arcades et à l’est, un choeur à trois pans coupés, plus bas et plus étroit que la nef. Deux chapelle de même dimensions elles aussi à trois pans coupés, sont située au nord et au sud de la nef et forment un faux transept. Les couvertures sont en tuiles et les murs en moellons enduits. Un voûte d’ogives couvre la nef et le choeur.

Les premières mentions de Courtauly remonte à 1179 dans un acte de la seigneurie d’Alaigne dans laquelle est stipulé un serment de fidélité aux vicomtes de Béziers.

En 1229 au moment de la croisade des albigeois, le village est confisqué comme bien appartenant à des hérétiques, et est attribué à la Seigneurie de Guy de Lévis de Mirepoix. Il leur restera jusqu’à la Révolution française.

L’église de Courtauly remonte au XVIe s. La voûte de l’église est datée de 1558.

 Courtauly (11) église - La Sauvegarde de l'Art Français Courtauly (11) église - La Sauvegarde de l'Art Français Courtauly (11) église - La Sauvegarde de l'Art Français  vinc3704

Les aides de la Sauvegarde

13/12/2016 8 000 € pour la restauration du clocher

Saint-Pôtan (Côtes-d’Armor) – Église Saint-Pierre-et-Saint-Paul

Saint-Pôtan (Côtes-d'Armor) - Église Saint-Pierre-et-Saint-Paul

Département : Côtes-d’Armor

Commune : Saint-Pôtan

L’église de Saint-Pôtan présente un plan rectangulaire à chevet plat à l’origine. Aujourd’hui, il est en croix latine à vaisseau unique avec des chapelles latérales formant un transept saillant.
Le porche d’entrée est à l’angle de la nef et du bras sud du transept. L’appareil de l’édifice est en moellons de granit pour le clocher et en moellons de schiste et de grès ailleurs. La couverture est en ardoise au crochet.

Saint-Pôtan (Côtes-d'Armor) - Église Saint-Pierre-et-Saint-Paul

L’église Saint-Pierre-et-Saint-Paul est mentionnée dans un acte de 1064 – 1066 puis à nouveau mentionnée en 1163 dans une bulle du pape Alexandre III. Elle est reconstruite au XVIe siècle. Le retable est fait en 1675 par Marc du Rufflay, architecte, peintre et sculpteur à Lamballe.

Saint-Pôtan (Côtes-d'Armor) - Église Saint-Pierre-et-Saint-Paul  Saint-Pôtan (Côtes-d'Armor) - Église Saint-Pierre-et-Saint-Paul  Saint-Pôtan (Côtes-d'Armor) - Église Saint-Pierre-et-Saint-Paul

Les aides de la Sauvegarde :

13/12/2016 10 000 € octroyés pour la reprise du gros œuvre, de la charpente, de la couverture, du drainage et l’assainissement des murs.

Montgiscard (Haute-Garonne), église Saint-André

Montgiscard (31) église Saint-André- La Sauvegarde de l'Art Français

Département : Haute-Garonne

Commune : Montgiscard

Montgiscard (31) église Saint-André- La Sauvegarde de l'Art FrançaisL’église est composée d’une nef de 4 travées avec une travée de choeur et un chevet à 5 pans coupés. Deux bas côtés encadrent la nef comportant chacun trois chapelles. Un clocher mur à 6 arcades sur deux niveaux, surmonte la première travée. Il est encadré de deux tourelles d’angle. Une sacristie est adossée au mur nord du choeur. Les murs sont en briques enduites et les couvertures en tuiles creuses. Les voûtes de la nef sont en plâtre sur lattis.

La première référence connue de l’église date de 1272 au titre de la dîme payée au Pape. L’église a été reconstruite au XIVe s. après avoir été incendiée par le prince Noir. Le clocher actuel date de 1890, sur le modèle de l’ancien après l’écroulement de la tour sud en 1886.

Montgiscard (31) église Saint-André Montgiscard (31) église Saint-André- La Sauvegarde de l'Art Français Montgiscard (31) église Saint-André- La Sauvegarde de l'Art Français

Les aides de la Sauvegarde

29/11/2016 10 000 € pour la restauration de la couverture et des charpentes de l’église

Reynès (Pyrénées-Orientales), chapelle Notre-Dame du Vila

Reynès (66) chapelle ND du Vila

Département : Pyrénées-Orientales

Commune : Reynès

Reynès (66) chapelle ND du Vila - La Sauvegarde de l'Art Français

Cette église est ceinte d’un cimetière formant un enclos paroissial. Orientée, elle est constituée d’une nef et d’un chevet plat, couverte de berceaux en plein cintre. Une baie d’axe dans le chevet éclairait le choeur. Les murs gouttereaux nord de la nef et du choeur sont partiellement enterrés du fait de la déclivité du terrain. Nef et choeur sont couverts en batière, avec des tuiles canales.

Un portail de pierre, à l’ouest est couvert en plein cintre et surmonté d’un escalier en pierre conduisant au clocher en arcade. Une sacristie adossée en appentis au sud du choeur.

La fondation du hameau du Vila remonte à l’époque romaine quand une voie de communication est créé à cet endroit, la via vallespiriana. La première mention de Reynès date de 988.

Au XIe siècle, le village est fortifié et doté d’un château dont il ne reste aucun vestige aujourd’hui. Il appartient au comté de Besalu. En 1111 le comté de Besalu passe aux mains de Jacques 1er, roi d’Aragon et comte de Barcelone.

L’église actuelle est construite entre le XIe et le XIIe siècle. Elle est mentionnée en 1114 dans  dans le testament du comte de Besalu. La chapelle est consacrée à nouveau à cette date, puis par bulle pontificale de 1168 et est donnée au monastère Del Camp (à Tresserre).

La création d’un escalier extérieur pour accéder au clocher date de 1775.

 Reynès (66) chapelle ND du Vila - La Sauvegarde de l'Art Français Reynès (66) chapelle ND du Vila - La Sauvegarde de l'Art Français Reynès (66) chapelle ND du Vila - La Sauvegarde de l'Art Français

Les aides de la Sauvegarde

29/11/2016 10 000 € pour le confortement structurel et la restauration extérieure.

L’Aigle (Orne), église Saint-Jean

 L'Aigle (Orne) Eglise Saint-Jean- La Sauvegarde de l'Art Français

Département : Orne (61)

Commune : L’Aigle

L’église dispose d’une nef de cinq travées, avec un bas-côté au nord, un porche à l’ouest, et une massive tour-clocher sur la partie nord de la première travée, surmontée d’une toiture en éteignoir.

L'Aigle (Orne) Eglise Saint-JeanA l’est se trouve un choeur de trois travées à la couverture plus élevée que celle de la nef et au chevet plat en murs de grison.

Les murs sont en silex et en grison et les couvertures en tuiles plates et en ardoises pour le clocher.

Cette église remonte à l’époque romane. Le choeur date de la fin du XIIe siècle. Elle était à l’origine une chapelle funéraire et de dévotion située à l’entrée d’un cimetière. Elle est érigée en église paroissiale vers 1350.

Au XVe siècle, l’église est agrandie. La nef et le clocher sont construits vers 1480 ainsi qu’un porche, d’entrée à l’ouest.

Elle est à nouveau remaniée aux XVIIIe et XIXe siècles.

L'Aigle (Orne) Eglise Saint-Jean- La Sauvegarde de l'Art Français L'Aigle (Orne) Eglise Saint-Jean- La Sauvegarde de l'Art Français L'Aigle (Orne) Eglise Saint-Jean- La Sauvegarde de l'Art Français

Les aides de la Sauvegarde

29/11/2016 10 000 € pour la restauration de la toiture du choeur et de la sacristie.

Bourg-Saint-Léonard (Orne), église Saint-Gilles de Fougy

Le Bourg-Saint-Léaonard (Orne) Eglise Saint-Gilles de Fougy - La Sauvegarde de l'Art Français

Département : Orne (61)

Commune : Bourg-Saint-Léonard

 

Cette église de plan rectangulaire est composée d’une nef de 3 travées poursuivie par un choeur aussi vaste, à chevet plat. Une chapelle en façade sud, de plan carré est accolée au choeur et un clocher-tour, formant porche avec couverture à 4 pans permet à l’ouest, l’accès à la nef.

Le Bourg-Saint-Léaonard (Orne) Eglise Saint-Gilles de FougyLes murs sont en moellons enduits et les couvertures en tuiles plates.

L’église est couverte d’une charpente lambrissée à ferme et panne sur la nef et à chevrons formant ferme (qui pourrait dater du XIIe siècle) sur le choeur, peinte d’un décor du XVIIe exceptionnel.

Saint-Gilles était d’abord une chapelle dépendant de l’abbaye bénédictine Saint-Evroult-Notre-Dame du Bois.

Au XIIIe siècle, elle est devenu un des prieurés-cures dépendants de l’abbaye prémontrée de Silly-en-Gouffern, selon 5 bulles papales (en 1198, 1255; en 1271, en 1284 et en 1288).

Le choeur a été décoré à la fin du XVIe et du début du XVIIe siècles.

Le Bourg-Saint-Léaonard (Orne) Eglise Saint-Gilles de Fougy - La Sauvegarde de l'Art Français  Le Bourg-Saint-Léaonard (Orne) Eglise Saint-Gilles de Fougy - La Sauvegarde de l'Art Français  Le Bourg-Saint-Léaonard (Orne) Eglise Saint-Gilles de Fougy - La Sauvegarde de l'Art Français  Le Bourg-Saint-Léaonard (Orne) Eglise Saint-Gilles de Fougy - La Sauvegarde de l'Art Français

Les aides de la Sauvegarde

29/11/2016 10 000 € pour la restauration d’un contrefort, consolidation de la charpente et la mise en oeuvre d’un drainage

Saint-Benoît-des-Ombres (27), église Saint-Benoît

Saint-Benoît-des-Ombres (27), église Saint-Benoît- La Sauvegarde de l'Art Français

Département : Eure ( 27 )

Commune : Saint-Benoît-des-Ombres

L’église est faite selon un plan rectangulaire simple d’une nef de deux travées sans bas-côté et d’un choeur à chevet plat. Une troisième travée à été ajoutée ensuite à l’ouest et le caquetoir installé.

Saint-Benoît-des-Ombres (27), église Saint-Benoît- La Sauvegarde de l'Art Français Les murs sont en moellons de silex et de pierre calcaire. Le cocher, charpenté à la jonction de la nef et du choeur, est surmonté d’une flèche à 4 pans, en ardoises, comme la couverture de la nef.

En façade sud, un décor de damiers est réalisé avec l’alternance des pierres calcaires blanches et calepins de silex gris.

La façade ouest est ornée d’un portail mouluré avec linteau en arc surbaissé.

Une sacristie à pans coupés est accolée au chevet.

Située dans la forêt du Vievre, le domaine de Saint-Benoît a été fondé en 1070 par l’abbaye Saint-Pierre de Préaux, suite à un don de l’archevêque de Rouen. L’abbaye conserve le fief jusqu’à la Révolution.

Le surnom « des Ombres » apparaît pour la première fois en 1257. Le site devient une commune en 1804.

L’église est édifié au XIIe siècle. Elle est modifiée par la suite. Elle ne conserve de l’époque romane qu’une partie du mur nord de la nef et le chevet.

Plusieurs remaniements sont effectués au XVIe siècle avec la création d’une travée supplémentaire à l’ouest, le remaniement de la façade sud et de la travée orientale de la façade nord.

Un porche ouvragé en caquetoir est installé pour abriter l’entrée à l’ouest.

Une sacristie est ajoutée au chevet de l’église au XVIIIe ou XIXe siècle.

Saint-Benoît-des-Ombres (27), église Saint-Benoît- La Sauvegarde de l'Art Français   Saint-Benoît-des-Ombres (27), église Saint-Benoît- La Sauvegarde de l'Art Français   Saint-Benoît-des-Ombres (27), église Saint-Benoît- La Sauvegarde de l'Art Français  Saint-Benoît-des-Ombres (27), église Saint-Benoît- La Sauvegarde de l'Art Français

Les aides de la Sauvegarde

29/11/2016 12 000 € pour la reprise des murs, de la charpente, couverture, et la restauration des vitraux

Bayenghem-lès-Seninghem (Pas-de-Calais) – Église Saint-Martin

Bayenghem-lès-Seninghem (Pas-de-Calais) – Église Saint-Martin

Département : Pas-de-Calais

Commune : Bayenghem-lès-Seninghem

L’église de Bayenghem-lès-Seninghem possède une nef unique de quatre travées. Elle est suivie du chœur et d’une sacristie flanquée sur le mur nord puis d’un chevet à trois pans coupés.Bayenghem-lès-Seninghem (Pas-de-Calais) – Église Saint-Martin Le clocher-porche à l’ouest est bâti sur un plan carré et le chemin de ronde protégé par un parapet aveugle en pierre.  La silhouette de la tour est dépourvue d’ornement, seul un contrefort au flanc sud-ouest poussé jusqu’aux baies d’abats-sons et des retraites horizontales en talus décorent cette tour de base romane. Le portail est surplombé d’une archivolte surhaussée et d’un tympan décoré de formes géométriques et composé d’arc trilobés et du monogramme IHS. Le beffroi du clocher, plus récent, est percé de quatre baies géminées en arc brisé surmonté d’archivoltes et équipé d’abat-sons.

Le caveau seigneurial sur le chœur où furent inhumés six membres de la famille Bernastre entre 1693 et 1755 a été déplacé sous l’autel Saint-Nicolas lors de la reconstruction de l’église  au 19ème siècle. La nef a été largement remaniée à cette époque.

Bayenghem-lès-Seninghem (Pas-de-Calais) – Église Saint-Martin Bayenghem-lès-Seninghem (Pas-de-Calais) – Église Saint-Martin Bayenghem-lès-Seninghem (Pas-de-Calais) – Église Saint-Martin Bayenghem-lès-Seninghem (Pas-de-Calais) – Église Saint-Martin

 

Les aides de la Sauvegarde :

13/12/2016 10 000 € octroyés pour la restauration de la maçonnerie de la flèche, du chemin de ronde et de la balustrade (dont 5 000 €  provenant d’une fondation privée).

La Sauvegarde aide 14 églises pour 157 000 € lors de son comité de décembre

Lors de son comité du 13 décembre 2016, la Sauvegarde de l’Art Français a donné 157 000 € pour permettre la restauration de 14 églises, dans toute la France (n’hésitez pas à cliquer sur les noms des églises pour voir leurs fiches).

Les édifices retenus sont les suivants :

BRETAGNE

Saint-Connec (Côtes-d’Armor)Église Saint-Gonéry                                                          Non protégé

Saint-Pôtan (Côtes-d’Armor) – Église Saint-Pierre-et-Saint-Paul                                         Non protégé

Livré-sur-Changeon (Ille-et-Vilaine) – Chapelle Sainte-Anne de la Chevalerie                  Non protégé

Baden (Morbihan) – Chapelle Notre-Dame de Penmern                                                       Non protégé

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE

Gergy (Saône-et-Loire) – Église Saint-Germain-l’Auxerrois – 4ème demande   I.S.M.H le 22/07/1937

Sainpuits (Yonne) – Église Sainte-Marie-Madeleine – 3ème demande                                 Non protégé

 

GRAND-EST

la Motte-Tilly (Aube) – Église Saint-Pierre-et-Saint-Paul – 3ème demande        I.S.M.H le 27/07/1962

 

HAUTS-DE-FRANCE

Bayenghem-lès-Seninghem (Pas-de-Calais)Église Saint-Martin                                   Non protégé

 

OCCITANIE

Sainte-Foi (Ariège)Église Sainte-Foi – 2ème demande                                       I.S.M.H le 11/12/1995

Courtauly (Aude)Église                                                                                                          Non Protégé

Ols-et-Rinhodes (Aveyron)Chapelle Saint-Martin                                                            Non protégé

Orignac (Hautes-Pyrénées) – Église                                                                                       Non protégé

Montrosier (Tarn)Église Notre-Dame-de-la-Nativité                                                         Non protégé

 

PROVENCE-ALPES-COTE-D’AZUR

Saint-Martin-de-Queyrières (Hautes-Alpes)Chapelle Saint-Antoine                           Non protégé

Saint-Connec (22) – église Saint-Gonéry

Saint-Connec (22) - église Saint-Gonéry

Département : Côtes-d’Armor

Commune : Saint-Connec

L’église Saint-Gonéry date de la fin du XVIIIème siècle, elle est bâtie en schiste et granit sur un plan de croix latine. Sa nef, dépourvue de chapelle collatérale est précédée d’une tour-clocher Saint-Connec (22) - église Saint-Gonéryde plan carrée formant un narthex. Sur le chevet droit, vient s’adosser la sacristie. La charpente lambrissée est peinte en bleue au XIXème siècle.

L’église actuelle de Saint-Connec vient remplacer à la fin du XVIIIème siècle l’ancienne église, sous l’impulsion de la famille des Guerlogoden. La première pierre est posée le 25 mars 1784. A l’intérieur de l’église, nous pouvons remarquer les armes des Guerlogoden mais aussi celles des Rohan.

Saint-Connec (22) - église Saint-Gonéry Saint-Connec (22) - église Saint-Gonéry Saint-Connec (22) - église Saint-Gonéry

 

 

Les aides de la Sauvegarde :

13/12/2016 15 000 € octroyés pour des travaux de consolidation d’urgence.

Montrosier (Tarn) – église Notre-Dame-de-la-Nativité

Montrosier (Tarn) - Eglise Notre-Dame-de-la-Nativité

Département : Tarn

Commune : Montrosier

L’église de Montrosier est construite sur un plan en croix latine avec un transept saillant. Le bras sud du transept  est flanquée d’une sacristie. Le chœur s’achève par un chevet plat.

Montrosier (Tarn) - Eglise Notre-Dame-de-la-Nativité

Sans doute construite au XIIème siècle, Notre-Dame-de-la-Nativité a survécu à l’autre église de la commune, Saint-Amans. Les deux édifices ont énormément souffert des guerres de religion. En 1700, Le village n’ayant pas assez d’argent pour les restaurer toutes les deux, Saint-Amans est abandonnée.

Montrosier (Tarn) - Eglise Notre-Dame-de-la-Nativité Montrosier (Tarn) - Eglise Notre-Dame-de-la-Nativité Montrosier (Tarn) - Eglise Notre-Dame-de-la-Nativité Montrosier (Tarn) - Eglise Notre-Dame-de-la-Nativité

 

Les aides de la Sauvegarde :

13/12/2016 10 000 € octroyés pour la restauration de la toiture.

Speloncato (Haute-Corse) – Collégiale de l’Assomption

Speloncaton (2B) - Collégiale de l'Assomption

Département : Haute-Corse

Commune : Speloncato

L’église d’origine est construite sur le plan d’une nef unique à transept saillant. L’église Saint-Michel est transformée  en collégiale de l’Assomption au milieu du XVIIIème ce qui conduisit à de profonds remaniements structurels comme la construction de trois nefs latérales. La façade principale est reconstruite dans la première moitié du XXème siècle. Les trois travées de la nef et des collatéraux diminuent d’ampleur en allant d’est en ouest. Les maçonnerie sont faites en moellons de granit enduits à la chaux,  la charpente est en bois et la couverture en tuile.

Speloncaton (2B) - Collégiale de l'Assomption

L’église est agrandie et remaniée au XVIIIème siècle, le décor en stuc polychrome date de cette époque. Le clocher construit au début du XXe siècle est dans un style néo-roman. Il était initialement destiné à être enduit mais les travaux, arrêtés par le déclenchement de la première guerre mondiale, n’ont jamais été achevés, laissant à nu ses parements de moellons.

Speloncaton (2B) - Collégiale de l'Assomption Speloncaton (2B) - Collégiale de l'Assomption Speloncaton (2B) - Collégiale de l'Assomption

 

 

Les aides de la Sauvegarde :

29/11/2016 5 000 € octroyés pour la restauration de la toiture (hors clocher).

Saint-Julien-le-Châtel (Creuse) – Eglise Saint-Julien de Brioude

Saint-Julien-le-Châtel (Creuse) - Eglise Saint-Julien-de-Brioude

Département : Creuse

Commune : Saint-Julien-le-Châtel

L’église Saint-Julien était accolée à un ensemble castral. Les façades est et ouest sont dans l’espace public tandis que les façades sud et nord sont inclusesSaint-Julien-le-Châtel (Creuse) - Eglise Saint-Julien-de-Brioude dans les terrains privés du château. L’édifice présente une voûte en lattis plâtré pour la nef et en pierre pour le chœur et l’abside.

L’église date de la fin du XIIème siècle. La nef est une reconstruction antérieure au XVIIème siècle. La commune Saint-Julien-le-Châtel est le berceau de la maison Saint-Julien connue depuis le XIème siècle. Alix de Saint-Julien épousa vers 1060 Amélius de Chambon.

Saint-Julien-le-Châtel (Creuse) - Eglise Saint-Julien-de-Brioude Saint-Julien-le-Châtel (Creuse) - Eglise Saint-Julien-de-Brioude Saint-Julien-le-Châtel (Creuse) - Eglise Saint-Julien-de-Brioude

 

 

Les aides de la Sauvegarde :

29/11/2016 5 000 € octroyés pour le remplacement de la toiture de l’abside et l’amélioration de l’évacuation des eaux de pluie.

La Sauvegarde aide 17 églises pour 159 000 € lors de son comité de novembre

Lors de son comité du 29 novembre 2016, la Sauvegarde de l’Art Français a donné 159 000 € pour permettre la restauration de 17 églises, dans toute la France (n’hésitez pas à cliquer sur les noms des églises pour voir leurs fiches).

Les édifices retenus sont les suivants :

CENTRE-VAL-DE-LOIRE

Clémont (Cher)Église Saint-Étienne – 5ème demande                                           I.S.M.H 28/12/1928

La Chapelle-Saint-Sépulcre (Loiret) – Église Saint-Louis                                                    Non protégé

Montbarrois (Loiret) – Église Saint-Martin-et-Saint-Bond                                                    Non protégé

Oisly (Loir-et-Cher) – Église Saint-Hippolyte – 2ème demande                                            Non protégé

CORSE

Speloncato (Haute-Corse) – Collégiale de l’Assomption                                                       Non protégé

 

NORMANDIE

Gisay-la-Coudre (Eure) – Église Saint-Ouen de Mancelles – 3ème demande    I.S.M.H le 05/01/1962

Saint-Benoit-des-Ombres (Eure) – Église Saint-Benoit                                        I.S.M.H le 01/10/1974

Bourg-Saint-Léonard (Orne) – Église Saint-Gilles de Fougy                                 I.S.M.H le 15/07/1971

L’Aigle (Orne)Église Saint-Jean                                                                             I.S.M.H le 25/09/1925

 

NOUVELLE-AQUITAINE

Saint-Claud (Charente) – Église Saint-Claud                                                          I.S.M.H le 04/06/1925

Saint-Julien-le-Châtel  (Creuse)Église Saint-Julien-de-Brioude                                      Non protégé

Saint-Maurice-la-Souterraine (Creuse) – Église Saint-Maurice                        I.S.M.H le 21/02/1962

Lusignac (Dordogne)Église Saint-Eutrope                                                          I.S.M.H le 17/12/1947

 

OCCITANIE

Bagnoles (Aude)Église Saint-Paul-et-Saint-Serge                                                               Non protégé

Montgiscard (Haute-Garonne)Église Saint-André                                            I.S.M.H le 18/11/1926

Reynès (Pyrénées-Orientales)Chapelle Notre-Dame du Vila                                           Non protégé

 

PROVENCE-ALPES-COTE-D’AZUR

Callian (Var)Chapelle Saint-Donat – 2ème demande                                                       Non protégé

 

La Chapelle-Saint-Sépulcre (Loiret) – Église Saint-Louis

La Chapelle-Saint-Sépulcre (Loiret) - Église Saint-Louis

Département : Loiret

Commune : La Chapelle-Saint-Sépulcre

L’église est composée d’une nef unique de plan rectangulaire. Le clocher repose sur un tabouret visible dans la nef.  A l’ouest, un caquetoire permet l’accès dans  l’église. La sacristie est accolée au nord du chœur. La Chapelle-Saint-Sépulcre (Loiret) - Église Saint-Louis

L’église est fondée en 1254. Selon la tradition, saint Louis en serait à l’origine . Le nom vient de ce dernier, qui a fait le vœu d’aller délivrer le Saint Sépulcre.

La Chapelle-Saint-Sépulcre (Loiret) - Église Saint-Louis La Chapelle-Saint-Sépulcre (Loiret) - Église Saint-Louis La Chapelle-Saint-Sépulcre (Loiret) - Église Saint-Louis

Les aides de la Sauvegarde :

29/11/2016 7 000 € octroyés pour la restauration des toitures.