Le Grand Prix Pèlerin du Patrimoine 2015

La chapelle Saint-Guillem de Combret (Pyrénées-Orientales)

La chapelle Saint-Guillem de Combret (Pyrénées-Orientales)

La remise du Grand Prix Pèlerin du Patrimoine, placée cette année sous le parrainage d’Erik Orsenna, avait lieu le 5 Novembre dernier au Petit Palais à Paris. Cette belle soirée a commencé avec la visite guidée des œuvres des collections d’icônes byzantines et de sculptures médiévales.

Au cœur d’une actualité sombre, le fil conducteur de la soirée était le défi présenté par la transmission du patrimoine. Les membres du jury, présidé par Philippe Bonnet, conservateur en chef du patrimoine, ont récompensé huit projets ou initiatives cette année, dont deux projets soutenus par la Sauvegarde de l’Art Français.

La chapelle Saint-Guillem de Combret est blottie à 1 300 mètres d’altitude, à la croisée de deux vallées des Pyrénées. On y grimpe par les chemins de randonnée. Depuis le XIème siècle au moins, ce petit ermitage a servi de refuge aux travailleurs de la montagne et aux marcheurs. Sans compter les nombreux participants aux deux pèlerinages, à sainte Marie-Madeleine et à saint Guillem.

Remise du prix "Partage et Transmission" à Mme Loreto par Olivier de Rohan-Chabot, président de la Sauvegarde de l'Art Français.

Remise du prix « Partage et Transmission » à Mme Loreto par Olivier de Rohan-Chabot, président de la Sauvegarde de l’Art Français.

« Notre famille poursuit cette tradition d’accueil depuis que notre ancêtre a racheté l’édifice à la Révolution », explique Laurence Loreto, propriétaire et présidente de l’association de soutien qui a mobilisé plus de 200 personnes et touché Pélerin et la Sauvegarde de l’Art Français, qui l’avait déjà aidé par le passé. Car sa toiture originale, en dalles de gneiss, doit être refaite pour que la chapelle continue à traverser les siècles. « Aucun visiteur ne reste indifférent au charme du lieu, constate Laurence Loreto. C’est cela le miracle de Saint-Guillem. »

La chapelle est constituée d’une nef unique avec chevet plat, le tout voûté en berceau brisé. Les murs sont en gros appareil. Le premier  texte mentionnant la chapelle date de 1007 : le comte de Cerdagne, Guifred fait don au monastère de Saint-Martin de Canigou d’un bien situé à côté de « la pausa Guillelmi ». C’est un ermite nommé Guillem qui la fait construire  et la dédie à sainte Madeleine, au Xème-XIème siècle. A la Révolution, la chapelle est vendue comme bien national et acquise par Jean Sors de la Llau qui promet de la rendre un jour au culte. Ses descendants, aujourd’hui 8 cousins germains, en sont toujours les propriétaires et œuvrent génération après génération pour la restaurer et la faire vivre. C’est cette volonté qui a été récompensée par le prix « Transmission et partage ».

Saires-la-Verrerie (61) - église Saint-Patrice, vue de la nef et du choeur

Saires-la-Verrerie (61) – église Saint-Patrice, vue de la nef et du chœur

La Sauvegarde de l’Art Français a par ailleurs été sensible au projet mené par la commune de Saires la Verrerie (Orne) pour la rénovation des charpentes et couvertures de la croisée et des transepts de l’église Saint-Patrice. Elle s’est associée à la Fondation du Patrimoine pour lui remettre le prix « Ensemble pour la patrimoine ».

Six autres prix sont venus récompenser de belles initiatives de protection et de restauration du patrimoine. Ils ont récompensé le projet d’installation de l’atelier de mosaïques d’Emilie Baudrais à Plassac en Gironde (Prix Pèlerin du jeune artisan d’art) qui rêve d’en faire un village de la mosaïque, la restauration du Christ de saint Rémy (Prix Pèlerin des Croix et Chemins en partenariat avec l’Association Notre-Dame de la Source) un grand Christ en croix polychrome, sur une poutre de gloire en fer forgé daté de 1730, la restauration de l’Adoration des Mages de Claude Vignon (1619) dans l’église Notre-Dame de Besançon (Grand Prix Pèlerin du Patrimoine).

Vue de la chapelle Saint-Guillem de Crombret (Pyrénées-Orientales)

Vue de la chapelle Saint-Guillem de Crombret (Pyrénées-Orientales)

Le Prix Pèlerin des Médias (en partenariat avec Le Jour du Seigneur) a distingué la restauration des cloches du carillon de Charlieu (Loire) tandis que le Prix spécial de la rédaction de Pèlerin récompensait le projet de création d’un mobilier liturgique de Jean-Paul Philippe dans l’église Saint-Barthélémy d’Objat (Corrèze). Enfin, les 14 stations du chemin de croix signées Léa Sham’s, émailleuse, à Saint-Pierre-du-Perray dans l’Essonne ont reçu le prix Pèlerin du patrimoine contemporain/Les Chantiers du cardinal.

Découvrez la vidéo de présentation de Saint-Guillem de Combret.