Cazalrenoux : les succès d’une toute petite commune

Cazalrenoux (11), église Notre-Dame

Brice Asensio, jeune maire de Cazalrenoux, s’est présenté avec une équipe aux élections municipales de son petit village de l’Aude, avec comme principal projet de restaurer l’église, presque abandonnée. Mais mauvaise surprise. L’église, un petit bijou remontant à l’époque romane, avait des problèmes structurels considérables. L’architecte prévoyait un million deux cent mille euros de travaux pour la sauver et lui redonner tout son lustre. Impossible pour une petite commune d’à peine plus de 80 habitants… Aujourd’hui, une première tranche de travaux est lancée, pour près de 300 000 €. Comment ont-il fait ?

Cazalrenoux (11) église Notre-Dame (2015)« Avant notre élection avec Benoît, le premier adjoint, on voulait se lancer dans la restauration du village que nous jugions délaissé, et de l’église en particulier. On était prêts, même si le projet s’annonçait compliqué.

Madame Tarbouriech, l’architecte que nous avions choisie, avait fait une première estimation approximative de 1 200 000 € de travaux à réaliser pour sauver l’église. On s’est dit qu’on avait les six années de notre mandat pour au moins lancer le projet. Nous avons pris rendez-vous avec Madame Tarbouriech pour qu’elle nous explique ce qu’il fallait faire.

Cazalrenoux (11), église Notre-Dame

La première étape fut de lancer une campagne de crowdfunding pour financer l’étude préalable, nécessaire pour bien comprendre les désordres de notre église et y apporter les solutions adaptées. Entre juillet et octobre 2014, nous avons récolté 2 855 € ! Nous avons pris rendez-vous avec le président du Conseil Départemental, celui de la Région et bien entendu, avec Christophe Robert, de la DRAC. Ce dernier nous a dit : « si vous êtes motivés, je suis avec vous, je vous soutiendrai ». Et il nous a toujours suivis depuis.

Au printemps suivant tout était prêt. Les travaux allaient pouvoir démarrer en 2015 ! En un peuCazalrenoux (11), église Notre-Dame plus d’un an, nous avions réuni les 80% de subventions publiques indispensables pour lancer la première tranche de travaux, qui s’élève à presque 300 000 €. Il restait à notre charge entre 81 et 82 000 €, somme encore importante pour notre petite commune. C’est là que la Sauvegarde de l’Art Français est intervenue et nous a offert le don inespéré de 30 000 €, réduisant à 52 000 € la dette communale ! C’est un cadeau magnifique et je n’oublierai jamais le jour où j’ai appelé à la Sauvegarde pour connaître le résultat du comité… !


Le reste est financé par les activités de l’association que nous avons créée. En 2015, cette association avait apporté 2 000 € à notre projet et cette année, elle nous a déjà reversé 4 000 €. L’association, dont je fais partie, est composée d’un petit nombre de membres hyper motivés. Nous organisons plusieurs activités par an, pour récolter des fonds pour l’église. L’objectif est de les rendre sympas et attractives !

Nous avons par exemple mis en place des journées randonnée, pédestre et/ou VTT. Les deux que l’on a organisées ont fait venir entre 100 et 160 personnes, tandis que la « soirée belge », c’est-à-dire moules-frites de juin, 180 participants.

Mais notre plus grand succès est la « rando » gourmande. Le principe était de ponctuer l’itinéraire d’étapes durant lesquelles les randonneurs pouvaient recevoir un plat : foie gras, velouté de potiron, etc. Nous avons servi près de 250 repas, totalement au-delà de nos espérances !

Notre prochaine manifestation est la nuit des chorales. Elle sera encore organisée dans la salle des fêtes, puisque l’église n’est pas accessible. Nous avons trouvé 3 chorales qui ont accepté de venir gratuitement. Nous ferons payer une petite entrée et vendrons du vin blanc et de la bière pour récolter des fonds.

Avec ces manifestations, nous réunissons des habitants de la commune, qui y participent très largement, mais aussi de nombreux voisins des villages alentours, et même des touristes, des Cazalrenoux (11), église Notre-Damepassants. Nous recevons des dons de loin, et même des Antilles ! Le projet fédère largement au-delà de la commune.
Pour autant, 90% des habitants du village nous soutiennent. Nous faisons attention à ne pas délaisser les autres projets de la commune au profit de l’église et menons tout de front : l’assainissement, la rénovation du cimetière, le réseau électrique… même si le problème le plus coûteux est l’église. Quelques habitants de la commune craignent que nous ne jetions l’argent par les fenêtres, mais jusqu’à maintenant nous n’avons pas grevé le budget de la commune, et nous n’en avons pas l’intention !

Notre projet encourage aussi d’autres communes à nous imiter. Des villageois des alentours, qui se battent contre leur municipalité pour sauver leur église, nous citent comme exemple pour démontrer que de tels projets sont réalisables.

D’autres se lancent dans la restauration de leur église, à l’instar de la nôtre. Le village voisin de Sainte-Foix, en Ariège, a lancé un projet similaire au nôtre et nous échangeons des conseils. Ils ont une église romane, comme nous, et avec d’autres communes, nous voulons créer un circuit d’églises romanes dans la région. Ce projet permet de fédérer les habitants de la commune mais aussi de créer des liens dans la région.

Finalement cette aventure a des résultats au-delà de nos espérances ! Si je devais donner un conseil aux municipalités et aux habitants qui désirent restaurer leur église, c’est de ne jamais baisser les bras. Il ne faut pas avoir peur de rencontrer les élus, de créer des manifestations, de monter des dossiers sans se lasser, ou de gérer des situations compliquées au sein même du conseil municipal, où tout le monde n’a pas la même vision des choses !
Dans les circonstances difficiles, c’est le cœur du village qui m’a toujours soutenu et remotivé quand j’avais la tentation de laisser tomber.

Ce projet est possible grâce à l’investissement de tout le monde ! Et j’inclus les donateurs et mécènes de la Sauvegarde de l’Art Français. Qu’ils continuent à faire des dons en faveur des petites communes comme la nôtre, car leur aide est utile et précieuse ! »

Pour en savoir plus

Suivre sur Facebook

 

Cette entrée a été publiée dans Archives et avec le mot-clé .