Archives pour la catégorie Côtes-d’Armor

La Chèze, château

La Chèze (22) - Château

Département : Côtes-d’Armor (22)

Commune : La Chèze

La Chèze (22) - Château

milieu 12e siècle ; 2e moitié 14e siècle

Les vestiges du château fort de La Chèze, édifié au milieu du 12e siècle (entre 1180 et 1231) par Eudon II et remanié par Olivier de Clisson entre 1370 et 1400, puis par Jean II de Rohan, sont constitués de quelques éléments toujours visibles, parmi lesquels un donjon polygonal en partie ruiné, des fragments de courtine, la base de quatre tours circulaires, ainsi qu’un passage souterrain creusé dans le massif. Les anciens fossés ont été remblayés et transformés en promenade.

Le donjon octogonal fut construit à la fin du 14e siècle pour Olivier de Clisson, seigneur de la Chèze depuis 1370 par acquêt de la châtellenie de Josselin. Au cours du 15e siècle, le château de la Chèze est la principale résidence des Rohan qui y installent leur chambre des comptes. De grands travaux de renforcement de l’enceinte sont faits au 15e siècle pour les Rohan. En 1488, l’armée ducale, commandée par le maréchal de Rieux, investit le château. Après 1495, Jean II de Rohan aménage le château en résidence, en même temps qu’il reconstruit le château de Josselin. Au XVIème siècle, la place perd de son intérêt du fait de l’apparition des armes à feu. Vers 1628, sur les ordres de Richelieu, les tours sont démantelées comme à Josselin. En 1743, l’autorisation de dépecer le château au profit de la fabrique de Loudéac (les pierres vont servir à la construction de l’église) est donnée. En 1836, il subsiste 9 tours dont 5 apparentes. Vers 1857, les vestiges sont quasiment détruits en totalité.

En 1979, le château est vendu à la commune par la famille Thomas de la Pintière.

Plusieurs éléments du château sont encore visibles: un donjon polygonal en partie ruiné, des fragments de courtine, la base de deux tours circulaires et du chatelet d’entrée, ainsi que le passage souterrain creusé dans le massif schisteux. Subsistent également deux poternes superposées, vestiges probables d’une ancienne tour à l’angle Sud-Ouest, conduisant à un boyau donnant accès à la cour haute.
Ce donjon s’élève sur 17 mètres de haut. Il est formé de moellons de schiste et comporte deux niveaux intérieurs.
Il est aujourd’hui isolé car les murs de courtine ont disparu. La distribution verticale se faisait par une tourelle disparue contenant un escalier à vis.
Cette tour a été entièrement reprise en chemisant partiellement les restes après dommages, vues les meurtrières sans ouverture ronde et base, probablement au XIIIème ou au début du XIVème siècle, puisque déjà au milieu du XIVème siècle les meutrières avec ouverture ronde en base apparaissent.
La tour, comme les courtines attenantes, étaient construites sur un socle rocheux de schiste-ardoise, dont il forme aujourd’hui la base. Le 1er étage est voûté en dôme aplati sur une chambre octogonale, mais cette chambre a été remplie de maçonnerie probablement pour donner plus de résistance à la tour contre les canons du XVème siècle.
Le 2e étage est rond, avec des meurtrières sur chaque pan de la tour, et un dôme circulaire comme plafond. Ce dôme s’est effondré avec d’autres maçonneries sur le sol et le poids des débris a exercé une pression horizontale sur les parois, ce qui a entraîné des fissures.
Le 3e devait comporter un chambre au centre et des mâchicoulis sur corbelets et créneaux à l’extérieur.

La Chèze (22) - Château  La Chèze (22) - Château La Chèze (22) - Château La Chèze (22) - Château La Chèze (22) - Château La Chèze (22) - Château

Les aides de la Sauvegarde :

04/07/2017 20 000 € pour la restauration de la tour Nord-Est

Lanvellec, chapelle Saint-Loup

Lanvellec (22) - Chapelle Saint-Loup - La Sauvegarde de l'Art Français

Département : Côtes-d’Armor (22)

Commune : Lanvellec

Lanvellec (22) - Chapelle Saint-Loup - La Sauvegarde de l'Art FrançaisLa chapelle Saint-Loup date du début du XVIème siècle. Elle était attachée au manoir « Le Veot », fief de la seigneurie de Rosambo.
En 1720, la façade Ouest est rénovée. La charpente daterait aussi de cette époque.

Le plan est rectangulaire à chevet plat, orné d’un petit clocheton.

En 1995, deux décors muraux successifs ont été relevés, l’un d’origine orné en plinthe de losanges rouges et blancs puis au XVIIe siècle un décor de palmettes, fleurs, et bandes de raie de cœurs sur fond rouge et jaune encadrant la porte Nord et les autres murs :

     –         la première couche picturale date du premier quart du XVIème siècle.
–         la deuxième couche picturale date du XVIIème siècle.
Cette couche a été chaulée en 1720. La chapelle est aujourd’hui ruinée.

  Lanvellec (22) - Chapelle Saint-Loup - La Sauvegarde de l'Art FrançaisLanvellec (22) - Chapelle Saint-Loup - La Sauvegarde de l'Art FrançaisLanvellec (22) - Chapelle Saint-Loup - La Sauvegarde de l'Art FrançaisLanvellec (22) - Chapelle Saint-Loup - La Sauvegarde de l'Art Français

Les aides de la Sauvegarde :

25/04/2017 5 000 € pour la mise hors d’eau de l’édifice

Saint-Pôtan (Côtes-d’Armor) – Église Saint-Pierre-et-Saint-Paul

Saint-Pôtan (Côtes-d'Armor) - Église Saint-Pierre-et-Saint-Paul

Département : Côtes-d’Armor

Commune : Saint-Pôtan

L’église de Saint-Pôtan présente un plan rectangulaire à chevet plat à l’origine. Aujourd’hui, il est en croix latine à vaisseau unique avec des chapelles latérales formant un transept saillant.
Le porche d’entrée est à l’angle de la nef et du bras sud du transept. L’appareil de l’édifice est en moellons de granit pour le clocher et en moellons de schiste et de grès ailleurs. La couverture est en ardoise au crochet.

Saint-Pôtan (Côtes-d'Armor) - Église Saint-Pierre-et-Saint-Paul

L’église Saint-Pierre-et-Saint-Paul est mentionnée dans un acte de 1064 – 1066 puis à nouveau mentionnée en 1163 dans une bulle du pape Alexandre III. Elle est reconstruite au XVIe siècle. Le retable est fait en 1675 par Marc du Rufflay, architecte, peintre et sculpteur à Lamballe.

Saint-Pôtan (Côtes-d'Armor) - Église Saint-Pierre-et-Saint-Paul  Saint-Pôtan (Côtes-d'Armor) - Église Saint-Pierre-et-Saint-Paul  Saint-Pôtan (Côtes-d'Armor) - Église Saint-Pierre-et-Saint-Paul

Les aides de la Sauvegarde :

13/12/2016 10 000 € octroyés pour la reprise du gros œuvre, de la charpente, de la couverture, du drainage et l’assainissement des murs.

Saint-Connec (22) – église Saint-Gonéry

Saint-Connec (22) - église Saint-Gonéry

Département : Côtes-d’Armor

Commune : Saint-Connec

L’église Saint-Gonéry date de la fin du XVIIIème siècle, elle est bâtie en schiste et granit sur un plan de croix latine. Sa nef, dépourvue de chapelle collatérale est précédée d’une tour-clocher Saint-Connec (22) - église Saint-Gonéryde plan carrée formant un narthex. Sur le chevet droit, vient s’adosser la sacristie. La charpente lambrissée est peinte en bleue au XIXème siècle.

L’église actuelle de Saint-Connec vient remplacer à la fin du XVIIIème siècle l’ancienne église, sous l’impulsion de la famille des Guerlogoden. La première pierre est posée le 25 mars 1784. A l’intérieur de l’église, nous pouvons remarquer les armes des Guerlogoden mais aussi celles des Rohan.

Saint-Connec (22) - église Saint-Gonéry Saint-Connec (22) - église Saint-Gonéry Saint-Connec (22) - église Saint-Gonéry

 

 

Les aides de la Sauvegarde :

13/12/2016 15 000 € octroyés pour des travaux de consolidation d’urgence.

Glomel (22) – Eglise Saint-Corentin

Glomel (22) - église Saint-Corentin

Département : Côte-d’Armor

Commune : Glomel

L’église Saint-Corentin est en forme de croix latine, son édification s’est réalisée en plusieurs étapes entre le XVe et le XVIIe siècle mais une restauration au XIXe siècle confère à l’ensemble, calvaire, église et ossuaire, un style néo-gothique cohérent et harmonieux.
En extérieur, la construction est en pierres appareillées de type granitique. Des contreforts viennent s’ajouter à chaque angle du mur-pignon.
Le mur-pignon est surmonté d’un clocher avec balustrade maçonnée qui abrite trois cloches. L’ensemble de la façade est richement décoré.

Trégornan est un petit bourg paisible situé sur la commune de Glomel dans les Côtes d’Armor aux confins du Morbihan dont le nom francisé correspond au nom d’origine bretonne Tré Korant, en français trêve de saint-florentin.

Glomel (22) - église Saint-Corentin Glomel (22) - église Saint-Corentin Glomel (22) - église Saint-Corentin

Les aides de la Sauvegarde :

04/10/2016 14 000 € octroyés pour la restauration de la façade ouest et du clocher (maçonnerie et couverture).

Ploulec’h, chapelle Notre-Dame du Yaudet

Ploulec'h, chapelle du Yaudet

Département : Côtes-d’Armor (22)

Commune : Ploulec’h

Située dans le très beau site du Yaudet, la chapelle Notre-Dame surplombe l’embouchure du Leguer.

6-PloulechYaudet_plan

Plan : G. M.-J.

Elle se compose d’une nef unique rectangulaire, se prolongeant par un chœur plus étroit à chevet plat, sur lequel est adossé la sacristie.

Cette chapelle a été reconstruite en 1860 par la famille Kerninon à l’emplacement d’un édifice antérieur datant du XVe siècle et démolie en 1858, tout en conservant des fenestrages (2ème moitié du XVe siècle), les portails nord et sud de la 1ère moitié du XVIe siècle et le massif occidental du XVIIIe siècle.  La sacristie quant à elle a été rajoutée au XXe siècle.

Le clocher est de type trégorois, en encorbellement, et dont l’escalier est abrité dans une tour circulaire dans-oeuvre.

 

A l’intérieur, on y découvre un retable étonnant du XVIIe siècle présentant une Vierge couchée dans un lit avec l’Enfant Jésus, sous le regard du Père et de l’Esprit Saint.

Ploulec'h, chapelle du Yaudet      Ploulec'h, chapelle du Yaudet      Ploulec'h, chapelle du Yaudet


07/06/2016 6000 € octroyés pour les travaux de mise hors d’eau et hors-d’air.

Tonquédec, collégiale Saint-Pierre

Vue façade Sud - Tonquédec (22) - Collégiale Saint-Pierre

Département : Côtes d’Armor (22)

Commune : Tonquédec

Plan ancien - Tonquédec (22) - Collégiale Saint-PierreLa collégiale Saint-Pierre s’impose d’abord par la surface de son versant Sud de couverture d’un seul tenant puis par sa longue façade basse rythmée par les baies passantes à frontons et les contreforts.
Les façades Nord et Sud sont identiques avec leurs séries de frontons sculptés à crossettes, crochets et fleurons. Au Sud-Est, la sacristie rompt la continuité de l’ensemble.
La tour du clocher est flanquée au Nord et au Sud de tourelles à dômes en granit puis encadrée à sa base de deux chapelles à pans coupés.
Le chevet plat, également symétrique, est largement ouvert par la verrière du XVème. Les contreforts sont surmontés de pinacles à fleurons.
Avec les éléments gothiques du XVème siècle intégrés dans le sttyle néo-gothique, la nef et ses bas-côtés constituent un vaisseau unique imposant d’apparence homogène par la qualité de son appareillage de pierre de taille et tous les éléments sculptés et moulurés en granit.
Le clocher et les deux chapelles Ouest se distinguent de l’ensemble par leur composition plus classique. La tour de 1773 est surmontée en 1847 de trois niveaux décroissants : deux chambres de cloches jumelées à fronton triangulaire, une chambre de cloche à fronton cintré et un clocheton avec flèche.

De l’édifice du XVème subsistent les deux portes Nord et Sud et la maîtresse vitre du chevet.
L’église est agrandie en 1835 et le clocher est construit. En 1847, la foudre détruit le clocher qui est reconstruit.  En 1895, le toit est rehaussé et des modifications majeures sont apportées.

A la suite des guerres de succession de Bretagne, les vicomtes de Coëtmen entreprirent la reconstruction de l’église de Tonquédec. A la requête de Roland IV de Coëtmen, le pape érigea l’église en collégiale en 1447. Quatre chanoines logèrent au collège jusqu’en 1790.
Au XIXème siècle, la vétusté de l’église rendit nécessaire d’importants travaux ; la tour centrale de l’édifice disparut ainsi qu’un portail comportant douze niches.
La verrière comporte 16 vitraux dont certains relatent des scènes de la Passion et d’autres célèbrent la gloire de Roland IV et Jean II de Coëtmen. Les armoiries de la maison des Coëtmen sont représentées sur cette verrière ainsi que sur un pilier extérieur ; ces armoiries comportent des annelets d’argent témoignant de la participation de l’un des membres de la lignée aux croisades.

Sous le chœur reposent Jean II de Coëtmen et son épouse. Un enclos paroissial entoure l’église ; les murs de cet enclos sont construits avec des pierres identiques à celles du château féodal de Tonquédec.

Maîtresse-vitre - Tonquédec (22) - Collégiale Saint-Pierre Clocher Extérieur - Tonquédec (22) - Collégiale Saint-PierreVue façade Nord - Tonquédec (22) - Collégiale Saint-Pierre Vue façade Ouest - Tonquédec (22) - Collégiale Saint-Pierre Vue façade Est - Tonquédec (22) - Collégiale Saint-Pierre

Les aides de la Sauvegarde :

02/02/2016 20 000 € pour la restauration du clocher et remplacement de la couverture du versant Nord.

Trémargat – église Notre-Dame

Trémargat - église Notre-Dame

Département : Côtes-d’Armor ( 22 )

Commune : Trémargat

Eglise formée d’un plan en croix latine. Elle est composée d’une nef unique de 3 travées, d’un transept débordant, d’un chœur à chevet plat et d’une sacristie accolée sur le flanc nord du chœur. Une chapelle est située au nord et un porche au sud de la 2ème travée de la nef. Cette église possède un ossuaire au sud de la 1ère travée. Le clocher est accessible par des échaliers. Elle était originellement couverte d’une voûte lambrissée (entièrement déposée pour la 1ère tranche). Eglise typiquement bretonne, en pierre de taille de granit et couverte en ardoises.

Construite au XVIe siècle, elle est décorée de peintures murales de Hubert de Sainte-Marie (début des années 1950). Il s’agit de scènes d’une frise qui illustrent la Passion du Christ réinterprétée à travers le prisme de la Résistance à l’armée d’occupation nazie (les tortionnaires du Christ fument la pipe et portent le fusil).

Télécharger la notice de l’Édifice
Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Les aides de la Sauvegarde

26/01/12 2 000 € octroyés pour pour des travaux d’urgence pour éviter que la charpente ne continue à s’affaisser
16/12/14 15 000 € octroyés pour la restauration de la toiture et de la maçonnerie
26/01/10 12 000 € octroyés pour la restauration de la voûte lambrissée et de la maçonnerie des baies