Archives pour la catégorie Aude

Carcassonne, église Notre-Dame du Mont Carmel

carmes 5

Département : Aude (11)

Commune : Carcassonne (propriété du diocèse de Carcassonne)

Carcassonne (Aude) église Notre-Dame du Mont-Carmel 2017 - La Sauvegarde de l'Art Français

Plan : Christiane Tarbouriech, architecte

L’église des Carmes est caractéristique du style gothique méridional. Elle est composée d’une nef de 6 travées et d’un choeur, plus étroit, à pans coupés et surbaissé. Les arcs de séparation des travées sont contrebutés par des contreforts massifs entre lesquels sont construites les chapelles qui semblent du XVIe siècle.

La nef, originellement charpentée, à reçu au XIXe siècle des voûtes en plâtre sur lattis. La mauvaise qualité du haut des contreforts laisse penser qu’ils ont été surélevés lors de la mise en oeuvre des voûtes de la nef.

Les ouvertures sont aussi agrandies, engendrant l’abaissement des pentes des couvertures des chapelles. Une tour d’escalier, adjacente au choeur, était surmonté d’un clocher détruit après 1790.

Les carmes, à l’origine ermites sur les pentes du Mont Carmel en Terre Sainte, reconnus officiellement en 1209; s’installèrent en 1267 à Carcassonne d’abord hors des murs, puis à l’intérieur.  La construction des bâtiments conventuels et de l’église gothique furent achevés en 1297.

En 1355, le prince Noir fit incendier la ville et l’église des carmes dut être reconstruite par la suite, peut-être à un autre emplacement.

 La chapelle nord du chevet est plus tardive, sans doute du XVe ou du XVIe s.

L’église des Carmes eut un important rayonnement jusqu’à la Révolution et de nombreuses personnalités de la ville y sont enterrées. Les état généraux du Languedoc se sont tenus dans les bâtiments conventuels à de nombreuses reprises.

En 1790, après l’abolition des congrégations monastiques, les frères sont dispersés et le couvent vendu comme bien national. Lors de l’inventaire il est stipulé que le clocher s’y trouve encore. L’église devint une entreprise de messagerie, elle est alors remblayée pour être au niveau de la rue. Son mobilier est dispersé, vendu ou détruit.

Le père Herman Cohen (en procès de béatification) et deux autres carmes déchaux rachètent l’église et le couvent en 1851. L’église est de nouveau consacrée et de nombreux travaux de restauration et d’embellissement sont entrepris jusqu’en 1877 : réalisation des voûtes néogothiques, construction de la tribune, décors. Les carmes sont à nouveau expulsés en 1880 et leurs biens confisqués. La Congrégation est dissoute en 1901, le couvent est remis en vente en 1908 et racheté par la paroisse Saint-Vincent. L’église réouvre au culte en 1909.

En 1925, un cinéma-théatre est aménagé cachant complètement le chevet de l’église, dont la couverture est modifiée. Le cinema est détruit en 1981 et l’évêché s’installe dans le couvent remanié.

Carcassonne (Aude) église Notre-Dame du Mont-Carmel 2017 - La Sauvegarde de l'Art Français Carca copie carca Carcassonne1

Les aides de la Sauvegarde :

21/11/2017 45 000 € pour la restauration des maçonneries des façades et couvertures de la nef et des chapelles sud

Pradelles-en-Val, chapelle Sainte-Madeleine-de-Commelles

Pradelles-en-val (Aude) Chapelle Sainte-Madeleine de Commelles 2017, La Sauvegarde de l'art Francais

Département : Aude (11)

Cette chapelle de forme simple, rectangulaire, est dotée d’une abside semi circulaire et couverte d’un toit à deux pans en lauze. Le chevet, surélevé, est couvert d’un toit en béton armé. Les murs sont en grès dur. L’intérieur est voûté. Les lauzes sont sans doute posées sur forme maçonnée.

Elle date du XIIe ou XIIIe siècle et appartenait à un fief seigneurial pendant le Moyen-Âge. Elle est rattachée à un prieuré à partir du XVIIIe siècle. Elle fait partie aujourd’hui d’un ancien domaine agricole.

 

Pradelles-en-val (Aude) Chapelle Sainte-Madeleine de Commelles 2017, La Sauvegarde de l'art Francais Pradelles-en-val (Aude) Chapelle Sainte-Madeleine de Commelles 2017, La Sauvegarde de l'art Francais

 

Les aides de la Sauvegarde :

03/10/17 12 000 € pour la restauration de la couverture de la nef

Conques-sur-Orbiel, église Notre-Dame de la Gardie

Conques-sur-Orbiel (11) église Notre-Dame de la Garde - Photos 2017 La Sauvegarde de l'Art Français

Département : Aude (11)

Commune : Conques-sur-Orbiel

Conques-sur-Orbiel (11) église Notre-Dame de la Garde - Photos 2017 La Sauvegarde de l'Art FrançaisIl s’agit en réalité d’une chapelle de dévotion, composée d’une nef unique de 5 travées, d’un transept et d’un choeur à pans coupés. Un clocher à une arcade surmonte le porche d’entrée, située à mis hauteur de la nef, le long de la façade sud. Les toits sont couverts de tuiles plates, et les murs sont en moellons enduits et des voûtes d’ogives recouvrent la nef.

La chapelle, située sur un promontoire, a été fondée au XIIIe siècle. Elle a été bâtie entre 1253 et 1270 à la suite du voeu du chevalier d’Hautpoul, viguier du Comte de Toulouse qui avait promis de bâtir un édifice en l’honneur de Notre-Dame s’il revenait sain et sauf de la croisade.

Elle est bâtie notamment avec les pierres du château de la Gardie, détruit en 1209 par Simon de Montfort. La chapelle est ensuite détruite par le Prince Noir en 1355 puis à nouveau entre 1432 et 1436 par des bandes de brigands. Elle est reconstruite en 1550 et à nouveau détruite lors des guerres de religion, puis reconstruite en 1633 puis agrandie au XIXe siècle (un capitaine de Conques ayant à son tour fait le voeu d’y ajouter une cinquième travée s’il revenait sain et sauf de la guerre d’Espagne en 1808).

Entre 1909 et 1911, à la chapelle et à l’église se manifestent des apparitions de figures humaines sur les hosties, ce qui entraîne un redoublement de foi et de nombreux pèlerinages. Elle est la seule chapelle dédiée à Notre-Dame de tout le Cabardès et est ouverte lors des fêtes mariales.

Conques-sur-Orbiel (11) église Notre-Dame de la Garde - Photos 2017 La Sauvegarde de l'Art Français Conques-sur-Orbiel (11) église Notre-Dame de la Garde - Photos 2017 La Sauvegarde de l'Art Français Conques-sur-Orbiel (11) église Notre-Dame de la Garde - Photos 2017 La Sauvegarde de l'Art Français

Les aides de la Sauvegarde

30/05/2017 7 000 € pour la restauration du toit et des réseaux d’écoulement des EP

Vignevieille, église Sainte-Eulalie

 

Vignevieille (11) église Sainte-Eulalie - La Sauvegarde de l'Art Français

Département : Aude (Occitanie)

Commune : Vignevieille

Vignevieille (11) église Sainte-EulalieL’église est composée d’une nef de plan rectangulaire de quatre travées séparées par des arcs doubleaux et couvert d’une voûte en berceau et d’un choeur à chevet plat. Elle possède une chapelle au sud, dédiée à la Sainte Vierge.

Un clocher a deux arcades surmonte la façade ouest. Les murs de l’église sont en moellons enduits et les couvertures en tuiles creuses.

Un système de cour anglaise a été aménagé le long de la partie sud de l’église qui est accotée à un talus.

Un porche au nord permet l’accès à l’intérieur par une jolie porte cintrée à ferrures ouvragées.

L’église est mentionnée dès 1351, à la présentation de l’archevêque de Narbonne. La trace des fenêtres murées laisse penser cependant à un édifice roman.

Vignevieille (11) église Sainte-Eulalie - La Sauvegarde de l'Art Français Vignevieille (11) église Sainte-Eulalie - La Sauvegarde de l'Art Français Vignevieille (11) église Sainte-Eulalie - La Sauvegarde de l'Art Français

Les aides de la Sauvegarde :

21/02/2017 5 000 € pour la restauration de la couverture

Courtauly, église

Courtauly (11) église - La Sauvegarde de l'Art Français

 

Département : Aude (11 )

Commune : Courtauly

Courtauly (11) église L’église est composée d’une nef de plan rectangulaire avec à l’ouest un clocher a 5 arcades et à l’est, un choeur à trois pans coupés, plus bas et plus étroit que la nef. Deux chapelle de même dimensions elles aussi à trois pans coupés, sont située au nord et au sud de la nef et forment un faux transept. Les couvertures sont en tuiles et les murs en moellons enduits. Un voûte d’ogives couvre la nef et le choeur.

Les premières mentions de Courtauly remonte à 1179 dans un acte de la seigneurie d’Alaigne dans laquelle est stipulé un serment de fidélité aux vicomtes de Béziers.

En 1229 au moment de la croisade des albigeois, le village est confisqué comme bien appartenant à des hérétiques, et est attribué à la Seigneurie de Guy de Lévis de Mirepoix. Il leur restera jusqu’à la Révolution française.

L’église de Courtauly remonte au XVIe s. La voûte de l’église est datée de 1558.

 Courtauly (11) église - La Sauvegarde de l'Art Français Courtauly (11) église - La Sauvegarde de l'Art Français Courtauly (11) église - La Sauvegarde de l'Art Français  vinc3704

Les aides de la Sauvegarde

13/12/2016 8 000 € pour la restauration du clocher

Bagnoles – Église Saint-Paul-et-Saint-Serge

Bagnoles (11) - Eglise Saint-Paul-et-Saint-Serge

Département : Aude

Commune : Bagnoles

L’église de Bagnoles a un plan simple avec une nef unique à trois travées voûtées en bois et en plâtre. Bagnoles (11) - Eglise Saint-Paul-et-Saint-SergeLa troisième travée et son clocher de plan carré sont plus récents que les deux premières. Au nord de l’édifice se trouvent la sacristie et une première chapelle, au sud une deuxième chapelle de plus petite taille forme un transept asymétrique avec la première.

La construction de l’église débute au IVème siècle. Elle est finie à l’époque carolingienne. Elle servait de chapelle au château de Bagnoles. Elle est ruinée à la fin du XIVème siècle et est reconstruite dans un style gothique.

Bagnoles (11) - Eglise Saint-Paul-et-Saint-Serge Bagnoles (11) - Eglise Saint-Paul-et-Saint-Serge Bagnoles (11) - Eglise Saint-Paul-et-Saint-Serge

Les aides de la Sauvegarde :

29/11/2016 8 000 € octroyés pour la restauration des couvertures.

Cazalrenoux, église Notre-Dame

Cazalrenoux (11) église Notre-Dame (2015)

Département : Aude (11)

Commune : Cazalrenoux

Cazalrenoux (11) église Notre-Dame (2015)L’édifice est composé d’une nef unique de 3 travées, suivie d’un choeur avec une abside semi-circulaire voûtée en cul de four. Les différentes travées sont séparées les unes des autres par des colonnes engagées par le quart (1ère et 2e travées) ou par des piliers rectangulaires aux impostes sculptées supportant des arcs doubleaux de section rectangulaire, rythmant la voûte en berceau à l’origine en plein cintre.
Deux chapelles latérales sont situées au nord, adossées aux 2e et 3e travées. L’entrée se fait au sud de la première travée, par un escalier d’accès. Le pignon ouest, aveugle, est caractéristique avec ses angles arrondis. Les murs sont en moellons et pierres de taille et les couvertures en tuiles creuses. Un clocher mur à trois arcades est situé à l’ouest.

Les premières mentions écrites de Cazalrenoux remontent au XIIIe s. Il s’agissait d’un village ecclésial dépendant de la seigneurie de Laurac. L’église était alors entourée d’un enclos, érigé sur une motte.

La partie la plus ancienne de l’église est la 3e travée de nef et l’abside qui remontent au XIe siècle.  AU XIIe siècle, les 1ere et 2e travées de la nef sont ajoutées (impostes plus richement décorés d’entrelacs, de damiers et de boucles). En 1270, Cazalrenoux est confisqué à Laurac pour hérésie et vendu au monastère de la Prouilhe.
L’église est fortifiée lors des incursions du Prince noir au XIVe siècle. Au XVIe siècle, l’église est une 2e fois surélevée peut-être durant les guerres de religion et dotée d’ouvertures pour les armes à feux. les contreforts sont ajoutés, et une couverture en tuiles creuses mise en place.

Les 3 chapelles au nord, dont 2 subsistent sont bâties au XIXe siècle, de même que l’escalier d’accès.Les autels en marbre polychromes du XVIIIe ont été placés dans l’église à cette époque.
L’église, sans cesse utilisée durant les XIXe et XXe siècles, menace ruine en 1951.

Cazalrenoux (11) église Notre-Dame (2015)  Cazalrenoux (11) église Notre-Dame (2015) Cazalrenoux (11) église Notre-Dame (2015) Cazalrenoux (11) église Notre-Dame (2015)

Les aides de la Sauvegarde :

03/11/15 30 000 € pour la reprise en sous-oeuvre du mur pignon et des contreforts, démontage et remontage des contreforts et réfection du portail sud, restauration des maçonneries.

La Tourette-Cabardès, église Sainte-Anne

La tourette-Cabardès -AUde - sauvegarde de l'art francais - patrimoine église

Département : Aude

Commune : La Tourette-Cabardès

La tourette-Cabardès -AUde - sauvegarde de l'art francais - patrimoine égliseEglise composée d’une nef de 3 travées avec un transept peu saillant sur la troisième travée. Le chœur est composé d’une abside semi-circulaire. Au nord de la première travée se trouve le porche d’entrée et au nord du chœur, la sacristie (formant un porche au-dessus de la rue). Au sud du chœur est situé un édicule. A l’ouest, la tour-clocher est une construction appartenant initialement aux remparts. De base carrée, elle forme un porche au-dessus de la rue. Le 2e niveau de plan octogonal est couvert en pierres. La couvertures est en lauzes sur la nef. Une chambre est fortifiée au-dessus du chœur. Des voûtes d’ogives en briques plâtrées couvrent la nef. Les murs nord et ouest du chœur et de la nef sont recouverts d’un essentage en ardoises épaisses. Les murs sont faits de dalles de schiste montées au mortier de chaux.

La Tourette ou turretis est une seigneurie appartenant au roi probablement depuis la croisade des albigeois (entre 1208 et 1229). En 1247, le roi cède ce territoire au chapitre cathédrale de Saint-Nazaire de Carcassonne. Fin XIVe-XVe c’est l’église Saint-Pierre-de-Vals qui sert d’église paroissiale (située entre les deux villages de la Tourette et Miraval). En 1646, l’église est construite (ou reconstruite) sur des éléments fortifiés. La présence d’une cloche dédiée à sainte Anne et datée de 1594 laisse en effet penser à la présence d’une église antérieure. Au XIXe siècle la voûte est restaurée.

La tourette-Cabardès -AUde - sauvegarde de l'art francais - patrimoine église La tourette-Cabardès -AUde - sauvegarde de l'art francais - patrimoine église La tourette-Cabardès -AUde - sauvegarde de l'art francais - patrimoine église La tourette-Cabardès -AUde - sauvegarde de l'art francais - patrimoine église

Les aides de la Sauvegarde :

27/01/15 7 000 € pour la restauration de la tour de l’abside

Fanjeaux – Ancienne Chapelle des dominicains

Fanjeaux - Ancienne Chapelle des dominicains

Département : Aude ( 11 )

Commune : Fanjeaux

Image Image Image Image

Image Image Image Image Image

Les aides de la Sauvegarde

10/02/83 Don octroyé pour des travaux de gros œuvre
10/02/83 Don octroyé pour des travaux de gros œuvre
03/03/83 Don octroyé pour des travaux de gros œuvre
14/03/83 Don octroyé pour des travaux de gros œuvre
28/03/83 Don octroyé pour des travaux de gros œuvre
28/04/83 Don octroyé pour des travaux de gros œuvre
05/05/83 Don octroyé pour des travaux de gros œuvre
31/05/83 Don octroyé pour des travaux de gros œuvre
12/10/83 Don octroyé pour des travaux de gros œuvre
09/11/83 Don octroyé pour des travaux de gros œuvre
03/07/84 Don octroyé pour des travaux de gros œuvre
07/09/84 Don octroyé pour des travaux de gros œuvre