Archives pour la catégorie Actualités

Revue de presse de l’été dans l’Aube

Chavanges (10) - Eglise Saint-Gengoul

Chavanges (Aube) – Eglise Saint-Gengoul, aidée à 3 reprises par la Sauvegarde pour 45 245 €.

En plein coeur de l’été, l’actualité du patrimoine ne s’arrête pas pour autant. L’occasion de découvrir de magnifiques édifices, parfois à deux pas !

Zoom sur l’opération « Un Jour, Une Eglise« , née dans le département de l’Aube, grâce à une revue de presse transmise par notre correspondant local François Cartault (cliquer sur les articles pour les lire).

Plus de 230 églises de l’Aube, de la Marne, mais aussi de la Haute-Marne et du Châtillonnais seront ouvertes tout l’été pour des visites commentées. Cette initiative, née en 2012 avec 24 églises à l’initiative de José Cotel (lire aussi notre article de présentation de l’opération Un Jour une église) s’étend chaque année davantage et est aujourd’hui placée sous l’égide du Comité Départemental du Tourisme.

Tous les renseignements sur: http://www.bienvenue-en-champagne.com

Des églises et des hommes Entrer à St-Maclou José Cotel L'église en travaux Les églises s'apprêtent à ouvrier leurs portes Redécouverte village Saint-Maclou St-Martin retrouve sa splendeur Visites commentées

Retour sur la remise du Prix Trévise

Prix Trévise 2017

De gauche à droite : Jean-Noël Montier, maire de Mesnil-en-Ouche, Olivier de Rohan Chabot, président de la Sauvegarde de l’Art Français, Yvette Petit-Decroix, correspondante de la Sauvegarde pour l’Eure, Frédéric Epaud, président de l’Association pour la sauvegarde de l’église de Pierre Ronde et Marc Vampa, maire délégué de Beaumensil et ancien député.

 

Discours d’Olivier de Rohan lors de la remise du Prix Trévise le 26 juin 2017

Merci monsieur le Député, merci messieurs les maires,

Vous connaissez l’épitaphe célèbre du général de Chevert à Saint-Eustache qui se termine ainsi : « Le seul titre de maréchal de France a manqué, non pas à sa gloire, mais à l’exemple de ceux qui le prendront pour modèle ».

Le prix Trévise que nous allons vous remettre doit servir là aussi non pas pour récompenser vos seuls mérites, mais pour qu’elle serve d’exemple à d’autres qui vous prendront pour modèle. Voilà la raison d’être de votre présence ici. Je vous ai écouté avec la plus grande attention : cette histoire que vous nous avez racontée est absolument incroyable! Il faudrait la mettre au cinéma. Il s’y trouve l’exemple de tout ce qu’il ne faut pas faire c’est-à-dire abandonner l’église, la faire racheter par un particulier qui meurt clochard, ce qui n’est pas non plus un exemple à donner, et qui la délaisse.

Mais tout ce qu’il faut faire y est aussi ! Vous avez parlé de la découverte de l’église, je devrais dire « l’invention » de l’église comme on peut parler de l’invention de la Sainte Croix, vous lui avez redonné vie en quelque sorte et pour tout dire, vous avez été le héros de cette aventure. Il faut vous en féliciter car en réalité, si vous n’aviez pas été là, rien de ce qui s’est passé en faveur de cette église n’aurait eu lieu. D’un autre côté, je crois que vous seriez le premier à dire que si vous n’aviez pas été aidé par beaucoup d’autres, à commencer par le maire, le député, les jeunes, différentes associations et tous ceux qui sont ici, vous n’y seriez pas arrivé.

Le prix Trévise vous a été attribué parce que, lorsque la description de l’édifice a été présenté devant notre comité scientifique composé de très grands noms du patrimoine : architecte en chef des Monuments historiques, historiens de l’art, membres de l’Institut etc., tous ont été unanimes pour dire cette restauration est absolument exemplaire, et nous devrions avoir à la Sauvegarde un moyen autre que l’argent que nous donnons – même si l’argent est nécessaire- pour récompenser un tel travail. Et c’est la raison pour laquelle le prix Trévise, dont je tiens à vous dire que vous êtes le premier lauréat, a été créé. Pour toutes ces raisons, je suis heureux de vous remettre cette plaque, en désirant vivement que des architectes en chef puissent venir ici avec leurs professeurs, car ils y découvriraient un laboratoire des bonnes pratiques en matière de restauration.

Film de la remise du Prix et discours de Frédéric Epaud

La Sauvegarde aide 15 édifices pour 109 000 € lors de son comité de mai

Tromboniscope-2fev2017

 

Lors de son comité du 30 Mai 2017, la Sauvegarde de l’Art Français a donné 109 000 € pour permettre la restauration de 15 églises, dans toute la France (n’hésitez pas à cliquer sur les noms des églises pour voir leurs fiches).

Les édifices retenus sont les suivants :

Normandie
Plumetot (Calvados) – Église Saint-Samson                                                         I.S.M.H. le 16/05/1927
Mainneville (Eure) – Église Saint-Pierre-et-Saint-Paul
Barville (Orne) – Église Notre-Dame de la Nativité

Occitanie
Conques-sur-Orbiel (Aude) – Église Notre-Dame de la Gardie

Nouvelle-Aquitaine
Saint-Avit-de-Tardes (Creuse) – Église Saint-Avit                                                   I.S.M.H. le 15/10/1963
Payroux (Vienne) – Église Notre-Dame                                                                    I.S.M.H. le 08/12/1950

Grand-Est
Celles-sur-Ource (Aube) – Église Sainte-Marie-Madeleine
Bouranton (Aube) – Église Saint-Pierre-et-Saint-Paul
Soulières (Marne) – Église Saint-Martin

Bourgogne-Franche-Comté
Fresnes (Côte-d’Or) – Église Saint-Pierre et Saint-Paul                                          I.S.M.H. le 03/11/1925

Pays de la Loire
Grez-en-Bouère (Mayenne) – Chapelle Saint-Jacques-le-Majeur

Centre
Beaulieu (Indre) – Église Saint-Nicolas                                                                    I.S.M.H. le 14/04/1998
Clémont (Cher) – Église Saint-Etienne                                                                     I.S.M.H. le 28/12/1928
Villeneuve-sur-Lot (Lot-et-Garonne) – Église Saint-Pierre-ès-Liens

 

La restauration de la collégiale de Vitry-le-François

Vitry-le-francois (51) collégiale Notre-Dame de l'Assomption - La Sauvegarde de l'Art Français

Le 9 mai dernier avait lieu à la Sauvegarde une présentation de la restauration de la collégiale Notre-Dame de l’Assomption de Vitry-le-François (Marne) par François Chatillon, Architecte en chef des Monuments Historiques en charge des travaux. Celui-ci a notamment travaillé à la restauration de l’abbaye de Royaumont.

Cet imposant édifice fait l’objet d’un programme de travaux pluriannuel depuis janvier 2016.
La tranche ferme, qui s’est terminée en février 2017 concernait la restauration de la tour nord du massif occidental ; la tranche en cours implique la tour sud et la troisième tranche la partie centrale de la façade occidentale.

François Châtillon, Architecte en chef des Monuments historiques

François Châtillon, Architecte en chef des Monuments historiques

Grâce à de nombreuses illustrations, M. Chatillon a exposé les problèmes techniques auxquels il a été confronté au cours du chantier. La stabilité du lanterneau, constitué d’une « cage » totalement armée, a été en particulier un défi majeur. Le nettoyage des pierres a été effectué par microgommage, certaines trop altérées ont été remplacées en tiroir par incrustation.

Une baie a été réouverte en façade nord et les tables en plomb remplacées.

La taille imposante de la corniche a aussi posé de nombreuses difficultés. Le système d’agrafes complexe menaçaient la stabilité de cette corniche,  puisque les agrafes s’étaient feuilletées (2 à 4 cm de plus). La pression que le fer a exercé en prenant du volume, a entraîné un soulèvement des pierres. Certaines agrafes ont été remplacées par des goujons en fibre de verre. Là où certaines pierres ont jusqu’à 1,5 m de queue pour s’ancrer dans la maçonnerie de la façade, celles des angles n’en possèdent pas, ce qui rendu la tache d’autant plus délicate.

Vitry-le-francois (51) collégiale Notre-Dame de l'AssomptionLa directrice de l’agence de Paris, Élise Quentin, a ensuite pris la parole pour détailler la restauration des chapelles intérieures. Un badigeon noir a pu être remis au jour et restauré. Les éléments sculptés manquants ont été restitués et regoujonnés avec de la fibre de verre. Quant aux boiseries, elles ont pu être restituées en dupliquant un panneau subsistant.

Concernant la suite des travaux, le poste le plus urgent est la restauration du bas-côté nord, avec la mise en place d’un plan d’entretien, ainsi que la restauration de la chapelle Sainte-Geneviève.

La Sauvegarde aide 20 édifices pour 133 000 € lors de son comité d’Avril

Mosaïque Comité25Avril2017 - La Sauvegarde de l'Art Français

Lors de son comité du 25 Avril 2017, la Sauvegarde de l’Art Français a donné 133 000 € pour permettre la restauration de 20 églises, dans toute la France (n’hésitez pas à cliquer sur les noms des églises pour voir leurs fiches).

Les édifices retenus sont les suivants :

HAUTS-DE-FRANCE

Dimechaux (Nord) – Église Saint-Maurice                                                                               Non protégé

Clarques (Pas-de-Calais) – Église Saint Martin                                                                       Non protégé

Bougainville (Somme) – Église Saint-Arnould                                                                         Non protégé

OCCITANIE

Olette-Evol (Pyrénées-Orientales) – Église Saint-André d’Olette                                         Non protégé

Sabonnères (Haute-Garonne) – église Saint-Germier                                          I.S.M.H. le 23/07/1976

Valcebollère (Pyrénées-Orientales) – Eglise Saint-Félix                                                        Non protégé

AUVERGNE-RHÔNE-ALPES

Murat (Cantal) – Église Notre-Dame des Oliviers                                                  I.S.M.H. le 07/10/1991

BRETAGNE

Lanvellec (Côtes-d’Armor) – Chapelle Saint-Loup                                                                  Non protégé

Moëlan-sur-Mer (Finistère) – Chapelle Saint-Gwenaël                                                         Non protégé

NORMANDIE

Nocé (Orne) – Église Saint-Martin de Nocé                                                            I.S.M.H. le 26/09/1997

Saint-Grégoire du Vièvre (Eure) – Eglise Saint-Grégoire                                       I.S.M.H. le 16/06/2008

Bazincourt-sur-Epte (Eure) – Eglise Saint-Denis

La Roque-Baignard (Calvados) – Eglise Saint-Martin                                                            Non protégé

GRAND-EST

Val-de-Meuse (Haute-Marne) – Église Saint-Félix de Maulain                                             Non protégé

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE

Chânes (Saône-et-Loire) – Église Saint-Pierre-et-Saint-Paul                                                Non protégé

CENTRE

Ids-Saint-Roch (Cher) – Église Saint-Martin                                                            I.S.M.H. le 02/03/1926

Chauffours (Eure-et-Loir) – Eglise Saint-Pierre-et-Saint-Paul                                               Non protégé

NOUVELLE-AQUITAINE

Saint-Georges-des-Agoûts (Charente-Maritime) – Église Saint-Pierre               I.S.M.H. le 05/12/2000

Vallière (Creuse) – Église Saint-Martin                                                                     I.S.M.H. le 09/08/1942

PROVENCE-ALPES-COTE-D’AZUR

Sigale (Alpes-Maritimes) – Église Saint-Michel-et-Saint-Pierre               I.S.M.H. le 08/12/1927

Cette entrée a été publiée dans Actualités et avec le mot-clé .